ASSEMBLEE GENERALE du 16 mars 2013.


 

 

Monsieur PAQUIN, Maire de Saint-Gobain,  tient à s'excuser de son  absence lors de cette assemblée,  mais il nous réitère  son soutien pour nos actions.  Nous tenons,  une fois encore, à remercier la commune de Saint-Gobain ainsi que son conseil municipal, qui nous  soutiennent dans la lutte  pour la préservation de  notre patrimoine  naturel et de notre  cadre  de vie,  en  nous  subventionnant,  en mettant  à  notre  disposition  à  titre  gracieux  une  salle pour nos réunions mensuelles,  en  nous prêtant un local où nous pouvons entreposer notre matériel, en nous laissant occuper les  différentes  salles  communales  pour  les  différentes  expositions  que  nous organisons,  en  nous  laissant  une rubrique dans la revue le " Gobban info ", et enfin en nous proposant la salle de cinéma et tout  son matériel à un tarif défiant toute concurrence pour présenter notre festival vidéo animalier amateur annuel.
Merci  aussi  à  caroline  VARLET,  conseillère   municipale  et  responsable  du  cinéma  pour  sa  gentillesse  et  sa disponibilité.
Nous  saluons  la présence  de M. Eric ANOINE,  adjoint  au Maire et responsable des associations gobanaises, qui prête toujours une oreille attentive à nos sollicitations.
Nous  saluons  aussi M. Frédéric  MATHIEU,  premier  adjoint  et Conseiller Général et qui porte notre voix au niveau des instances départementales.

Points qui seront développés ici

Les activités passées
Les activités futures
L'activité chasse
La sylviculture
Présence de conteneurs chinois
Bilan financier

ACTIVITES PASSEES.
Participation à la fête des associations gobanaises qui a eu lieu en septembre sur le parking du local des pompiers. Participation à  la 2° journée de  la forêt  à Saint-Nicolas. Rallye touristique de la Pentecôte qui permit aux nombreux participants de passer  une journée  ensoleillée ludique.  Participation  au Comité de Pilotage du massif forestier de Saint-Gobain/Coucy Basse sur lequel je reviendrai plus tard. Participation au CDCFS par l'intermédiaire de Vincent DERING. 12° festival vidéo  animalier  amateur.  Participation au  festival des Vers solidaires. Randonnée pédestre. Participation  aux  journées  de  l'Environnement  de  CHARMES.  Participation  au  comptage  au phare des grands animaux qui a lieu le 7, 14 (annulé pour cause de mauvaise météo), 21 et 28 mars.

haut de page

ACTIVITES FUTURES.
Participation à la fête des associations  gobanaises. Participation  au festival des Vers Solidaires. Rallye touristique le samedi de Pentecôte.  Participation  au  comité  de  pilotage.  Participation  au CDCFS, si nous sommes toujours participants.  Randonnée  pédestre  le  30  mars  2013. Randonnée VTT le 28 avril 2013. Participation éventuelle au comptage  nocturne  au  phare  des  grands  cervidés.  Participation  à la 3° journée de la forêt de Saint-Nicolas. 13° festival  vidéo  animalier  amateur  les  15  e t 16  novembre 2013. Expo prévue à la Chapelle en parallèle du festival vidéo les 15 et 16 novembre 2013. Point sur la trésorerie. Point sur l'activité chasse.

haut de page

POINT SUR L'ACTIVITE CHASSE
Document pdf comparant les attributions et les réalisations de la chasse au cerf.

haut de page

 

POINT SUR LA SYLVICULTURE.
Au  niveau  national  le constat  ne  s'est  guère  arrangé  depuis  l'année  dernière.  L'année  2012  a  été  une année charnière due à l'élection présidentielle.  Mais  rien  n'a changé pour l'instant. C'est toujours le " rapport GAYMARD " qui date de juillet 2010,  (Hervé GAYMARD,  directeur  général de l'ONF) qui est en vigueur aujourd'hui. Or, il s'avère que ce rapport a été élaboré à partir  d'estimations erronées de l'Inventaire National Forestier (d'après les syndicats ONF).  Sur  ces  données,  la  France  a  engagé  une  politique  forestière  fondée sur une augmentation irréaliste et dangereuse  des  volumes  de  bois  coupés (+ 40% d'ici 2020). L'objectif est de répondre à des équilibres réfléchis uniquement  en  termes  financiers  (L'ONF  doit  maintenant  s'auto-financer) et,  sous  prétexte  d'économie  verte, à fournir  de  nouveaux   débouchés   industriels   au   travers   de   projets   pharaoniques   industriels  et  énergétiques (construction d'une gigantesque centrale à biomasse au cœur de la forêt du Tronçay).
Or la  forêt  est  un  patrimoine riche et fragile. On connaît l'impact positif de la forêt sur le climat, la qualité de l'eau et de  l'air  et  de  nombreuses  voix  s'élèvent  pour  une  politique  d'optimisation  des  espaces  forestiers, prudente et concertée,  durable  et  respectant  l'ensemble  des  fonctions  de la forêt (production, protection des espaces et des espèces, rôle social et récréatif).  C'est l'activité économico-forestière française qui doit s'adapter à la ressource en bois, car l'inverse est impossible.  Je viens  juste d'apprendre que hervé Gaymard est en passe d'être remplacé à la tête de l'ONF… Bonne nouvelle ???
Le  collectif  " SOS forêt " qui,  je le rappelle,  a  pour  origine  la  mobilisation  d'agents  ONF de l'est de la France, a interpellé  le  21  novembre  2012  le  ministre  de  l'Agriculture  et  de  la  Forêt,  M. Stéphane  LEFOLL, à propos de l'exploitation  sylvicole  actuelle.  Ce  collectif  déclare  que  la  surexploitation  des  massifs n'est pas viable à moyen terme  et  occasionne  de  gros  dégâts  sociaux  au sein même de l'Office (27 suicides d'agents en 4 ans). 60% des agents  locaux  pensent  que  l'ONF  ne  protège  plus  la  forêt  alors  que  c'est  un point important de son cahier des charges.
84% de  ces  mêmes  agents  ne  font  plus  confiance  à  la  direction générale qui recopie la même politique que le précédent gouvernement. Ils tentent  même de  protéger les  massifs contre les décisions dévastatrices de l'ONF. Ils estiment que le risque est énorme pour les forêts françaises de prolonger les décisions idiotes (je cite) à savoir :

         - Tout passer en bois énergie,
         -  gaspiller la matière,
         -  surexploiter la forêt,
         -  ne rien valoriser sur les ressources de qualité au plan local,
         -  pratiquer des coupes rases de superficie inégalée depuis des décennies,
         -  ne pas respecter les directives Natura 2000,
         -  faire pression sur les agences locales pour réviser les plans d'aménagement à la hausse en terme de
             volumes produits,
         -  faire pression sur les rédacteurs des " documents d'objectifs " Natura 2000 confiés à l'ONF, pour réviser
             à la baisse les objectifs de préservation de la biodiversité,
         -  demander presque systématiquement des dérogations à la réglementation " espèces protégées ", afin de
             pouvoir exploiter dans des zones sensibles au niveau de la biodiversité,
         -  réaliser d'importants investissements en voirie forestière sans aucune étude d'impact préalable,
         -  Raccourcir les âges d'exploitations (pas d'arbres de plus de 50 cm de diamètre),
         -  Raccourcir les rotations d'exploitation,
         -  favoriser une mécanisation beaucoup plus large et même généralisée à l'ensemble des travaux réalisés
            en forêt, sans tenir compte de la fragilité des sols.

Au niveau de la forêt de saint-Gobain quelques chiffres sur la période septembre 2011 juin 2012, pour le Martelages :
         - Eclaircies : 948 ha 32 000 m 3
         - Coupes de régénération : 117 ha pour 19 300 m3
         - Ensemencement 60 ha
         - Coupes rases 23 ha
         - Coupes secondaires 24 ha
         - Coupes irrégulières 120 ha pour 7500 m3
         - Ventes sur pied et ventes en bord de route 6500 m3 exploités fin 2011 début 2012 dont chênes 1500 m3,             hêtres 1000 m3, frênes 400 m3, merisiers 30 m3, châtaigniers 200 m3, divers grumes 900 m3,
           et 2 500 m3 de houppiers et taillis.

Cette  année,  entre  70 000 et  80 000 m3  ont  été  prélevés sur  notre massif. Travaux d'infrastructure :  Route de la cavalière du Valois sur 550 m et création ou élargissement de 10 places de retournement. On peut noter que lors du comité  de  pilotage,  il  n'a  pas  été  question de la pose de grillages. L'UG locale nous avait garanti qu'elle ne ferait plus appel  à ce  genre  de  cloisonnement,  or, nous  nous  sommes aperçus que plusieurs engrillagements avait été posés.

haut de page


PRESENCE DE PORTE-CONTENEURS CHINOIS.
D'après  certains  exploitants  forestiers,  entre 70 et 80% des  grumes exploitées dans la région partent à l'étranger. Seulement 70 000 m3  sur  les  550 000 m3  coupés en Picardie sont transformés localement. Les porte-conteneurs emportent les troncs vers la Chine, le  Vietnam  ou l'Inde  où ils  sont  transformés  avant de nous revenir parfois sous l'appellation " parquet français ". La filière bois locale  ne profite  donc  pas de cette production.  Mais  quel est donc l'impact de cet état de fait sur notre massif ?  Il y a une  vingtaine  d'années,  les  marchands chinois, bénéficiant d'un pactole financier illimité, on acheté au prix fort toutes les grumes disponibles (environ 150 euros le m3).
Les  exploitants  français  et  européens,  privés  de  matière  première, ont mis la clé sous la porte les uns après les autres.  Alors en  situation de monopole, les asiatiques ont donc continué à acheter les bois, mais cette fois-ci à leur prix (environ 50 euros le m3).  Au passage,  on rachète  les  entreprises  moribondes afin de mettre la main sur leurs concessions en France, en Europe et aussi en Afrique.  On  revend  ensuite  l'entreprise  devenue  inutile, mettant en même temps pas mal d'ouvriers  au chômage.  Mais  aujourd'hui,  l'ONF  doit  se  financer,  et  ses  seules  variables d'ajustement budgétaire sont la chasse et… la vente de bois.
Pour  équilibrer  ses finances,  l'office  procède  donc  au  pillage  des  forêts  françaises.  La  majorité du bois noble d'œuvre échappe donc à  nos  exploitants.  La filière  bois française  est exsangue,  et pour maquiller le désastre, on colle  l'étiquette " économie verte ", ou  bien expansion  du " bois énergie ", ou  mieux encore  l'ineptie "produire plus pour mieux protéger ".
La  balle est  maintenant  dans  les  mains  des  politiques.  Seul un changement radical pourra éviter la catastrophe. Nous allons donc  prendre  contact  avec nos  députés, comme sont en train de le faire de nombreuses associations avec les leurs. Espérons que cela portera ses fruits.


haut de page

 

POINT FINANCIER

Bilan Financier 2012
Mise à jour du 17/03/2013
Solde au 31 décembre 2011
6 711,19
 
RECETTES:
 
Cotisations
 
78 adhésions x 8
624,00
 
Manifestations:
 
Festival du film animalier (entrée + buvette )
403,40
 
Subventions:
 
Municipale
600,00
 
Dons:
 
Particuliers et entreprises
850,88
 
Total recettes
2 478,28
 

DEPENSES
 
Manifestations
 
Rallye
 
Randonnée avril
83,79
 
Frais Assemblée Générale
47,34
 
Randonnée octobre
43,60
 
Festival du film animalier 2011
 
Location salle cinéma
150,00 €
 
Achats buvette
250,18 €
 
Matériel divers
81,88 €
 
Autres dépenses
 
Assurance Groupama
225,02
 
     
Frais de gestion
205,21
 
Frais de réception
45
 
Achat de matériel
 
Plastifieuse
91,65
 
     

Total dépenses
1 223,67
 

Solde 2011
1 254,61
 

Solde au 31 décembre 2012
7 965,80
 
Dont sur compte bancaire
7 862,71
 
Dont détenus en espèces
103,09
 

haut de page

 

 
 

 

référencement
mentions légales